Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 10:53

Arash Ouriel Ohayon, qui a suivi de près l'opération d'intox incroyable menée par Arash Derambarsh, le faux "President français de Facebook Monde", en raconte tous les détails sur Techcrunch US (en anglais).

Hallucinant, hilarant, inquiètant, ... car comme le fait remarquer Ouriel la "grande presse" française (entre autres: TF1, Le Point, L’Express, France Inter, Le Parisien, ...) a gobé l'histoire sans sourciller, et surtout sans vérifier en quoi que ce soit les déclarations complètement débiles du "Président" (du genre "je peux accèder à 100 millions de personnes grâce à une fonction secrète"). Pas un seul journaliste n'a pensé à appeler le service de presse de facebook?

Si les journalistes sérieux, professionnels, publient n'importe quoi sans prendre le temps de vérifier, qu'est-ce qui les différencie de vulgaires bloggeurs? (sur ce coup-là les bloggeurs ne se sont pas laissés abuser, eux!).

Heureusement qu'il y a eu Estelle Dumout à ZD Net pour sauver l'honneur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre - dans media
commenter cet article

commentaires

weetabix 11/01/2008 10:31

@cathy: merci de tes précisions ! quand je te disais que ta "position était intéressante à connaitre", c'était de celle que tu vais noté déjà .. mais merci du complément ...

Je connais les contraintes donnés aux "journalistes" actuellement .. et c'est justement ces contraintes et leurs acceptations qui fait souvent la perte de crédibilité des medias...

Comment y remédier ? en revenant aux fondamentaux de la profession de journaliste ... notamment en allant à la "pêche" aux infos, ce qui veut bien dire ce qui arrive: parfois on a une "info", parfois pas ..comme à la pêche où quelquefois la besace est pleine, parfois vide ! ;-) Et surtout, il faut vérifier son "info" sinon on arrive souvent aux dérives vues ici avec le président de FB !

Mais la course au sensationnalisme n'augure rien de bon...

Cobolian 11/01/2008 02:01

Etonnant que quelqu'un se soit laissé prendre par cette intox, puisqu'il est de notoriété publique que le président de facebook c'est moi.

weetabix 10/01/2008 12:54

eh oui c'est çà désormais le journalisme: on ne vérifie plus rien !

et après ils s'étonnenent que les blogueurs leur prennent du lectorat !
La position de Cathy est intéressante à connaitre sur ce point... car même si le billet ne le mentionne pas, Europe 1 en a parlé de cet élection...

Seamus 10/01/2008 12:45

C'est vrai tout ça, au final, rien ne diferencie les journalistes sérieux, professionnels de toi ;)

Benjamin F 10/01/2008 11:14

"Dans quelques semaines ces 2 pages + sa page notée par les wikipediens apparaitront en tête de résultats Google" : Oui c'est sûr qu'il n'aura plus aucune crédibilité aux yeux des internautes, mais bon la majorité savait déjà que le terme "président de Facebook" était à lui seul une supercherie.
Le problème c'est que le quidam moyen n'ira jamais révérifier cette info, il a vu le type a le télé et ça lui suffit pour penser qu'il est important. Et je vois mal les grands média démentir leur erreur. D'un coté, cela m'énerve car grâce à ce coup il a une carte de visite qui va lui permettre de lancer une carrière politique en dupant des gens, de l'autre, il a quand même réussi un super coup de bluff, qu'il a parfaitement su buzzer, et on peut l’admirer pour ça. Finalement le premier à être surpris de cette escroquerie ça doit être lui même. Dans tous les cas, ce ne sera pas le premier (génie ou usurpateur) à se faire connaître par un joli coup de manipulation médiatique.

Al-Kanz 10/01/2008 10:27

Comme je l'écrivais sur mrboo.fr, ce n’est pas étonnant : le journaliste est par nature fainéant - tout au moins est-ce là un défaut largement partagé. Il suffit qu’un article soit publié sur X ou Y pour que d’autres s’emparent du sujet et le traitent. Si untel l’a traité, c’est que c’est vrai. Et on s'arrête là. Après on vient nous vanter une certaine idée, un certain prestige et une certaine sacralité du métier de journaliste.
Cette histoire est une belle claque, bien méritée.

Thibaut 10/01/2008 10:14

En tout cas cette histoire montre à quel point il faut savoir relativiser les informations qui nous sont données ( par des journalistes ou en général...)

cathy nivez 10/01/2008 09:45

Pierre, d'accord avec toi, les medias classiques ont encore beaucoup à apprendre d'internet. Nous(journalistes) sommes encore loins d'être compétents face aux phénomènes "viraux" du web. Heureusement que cette fausse info est finalement sans importance (tout le monde s'en fout du faux président de FB). Ca aurait pu être bcp plus dramatique sur une info politique ou de santé par exemple.
Mais n'oublions pas de balayer devant la porte de la blogosphère, qui céde comme les medias, facilement à la rumeur et au sensationnel. Le problème est que la grande presse a le pouvoir de "normer" un message, et qu'elle est réputée pour être professionnelle, ce qui n'est pas le cas des bloggeurs.

Benjamin 10/01/2008 09:39

Cette affaire montre à quel point les médias traditionnels sont inaptes à comprendre le fonctionnement de l'information sur Internet.
La profession "journaliste traditionnel" en prend sérieusement un coup. Cela remets en question une fois de plus l'adaptabilité de la profession au (nouveau) média: Internet.

Quand à la réputation d'Arash Derambarsh je pense qu'au contraire il a réussi son coup médiatique.
Son 1/4 d'heure de gloire étant déjà consommé.

Alfred 10/01/2008 09:31

http://www.20minutes.fr/article/204039/High-Tech-La-formidable-histoire-d-Arash-Derambarsh-autoproclame-president-de-Facebook.php

Et là aussi...

gogo 10/01/2008 05:48

le mec est vraiment un gogo

cathy nivez 10/01/2008 05:17

@weetabix, jâi déjà précisé mon point de vue un peu plus haut dans les commentaires... mais on peut encore développer si tu veux. C'est un sujet très intéressant et tout à fait d'actualité : je veux parler de la crise de confiance autour des medias traditionnels.

Al-kanz soulève un point intéressant à propos du fonctionnement des medias : "Il suffit qu’un article soit publié sur X ou Y pour que d’autres s’emparent du sujet et le traitent". C'est généralement et malheureusement de plus en plus vrai. Il y a une raison qui l'explique en partie: moins des moyens et plus de concurrence.

Les rédactions y compris nationales ont de moins en moins de moyens, de journalistes, pour faire de plus en plus de sujets. Qui plus est, sur un media d'info en continu, il faut parfois boucler un sujet en 1 heure.

Devine quel est le record de papiers réalisés dans une seule journée par un seul journaliste dans une grande rédaction nationale (que je ne citerai pas), devine combien ?
13 !! 13 sujets réalisés par un seul journaliste en moins de 24h... Et sur des sujets qu'il ne maitrise pas ou ne connait forcément. Alors oui, le copier/coller fonctionne à plein et je te laisse imaginer la qualité.

le probléme soulevé par cette histoire dévoile un double appauvrissement: celui des méthodes des journalistes c'est clair, et celui des moyens financiers des medias trditionnels, qui sont de plus en plus pauvres et de moins en moins crédibles...
Alors comment faire ?

Al-Kanz 10/01/2008 02:34

Weetabix, c'est précisément dans le journal de midi d'Europe 1 que j'ai étendu cette info, mercredi 2 janvier.

Thi 10/01/2008 02:10

on peut donc dire qu'officiellement - c'est à dire depuis aujourd'hui, date où KELBLOG (blog n°10 en Europe) et TECHCRUNCH US (n°1 mondial)parlent de cette affaire - la reputation d'Arash... est dé-sin-té-grée

eh beeehhh ! Chaud pour lui. Dans quelques semaines ces 2 pages + sa page notée par les wikipediens apparaitront en tête de résultats Google.

chaud

Mon blog politique

Suivez-moi !

logo_Twitter.jpg

Archives

Catégories